Jean-Baptiste Brasseur

Vu Wikipedia
Op d'Navigatioun wiesselen Op d'Siche wiesselen
Jean-Baptiste Brasseur
Jean Baptiste Brasseur.jpg
Gebuer 21. Juni 1802
Esch-Uelzecht
Gestuerwen 13. Mee 1868
Léck
Nationalitéit Lëtzebuerg
Educatioun Universitéit vu Léck
Aktivitéit Mathematiker
Wikidata-logo-without-paddings.svg

De Jean-Baptiste Brasseur, gebuer den 21. Juni 1802 zu Esch-Uelzecht, a gestuerwen den 13. Mee 1868 zu Léck, war e lëtzebuergesche Mathematiker.

Hie war dat eelst vun 13 Kanner vum Dierwiechter Alexis Brasseur (1775-1841).[1]

No senger Lycéeszäit am Stater Kolléisch huet de Jean-Baptiste Brasseur op der Universitéit vu Léck vun 1824 u studéiert an dëst Studium 1829 mat engem Doktorat an den Naturwëssenschaften ofgeschloss. Seng Thes hat den Titel De resolubilitate functionum algebricarum integrarum in factores primi vel secundi gradus. Dono huet ass hien e Joer zu Paräis beim Binet, Cauchy a soss franséische Wëssenschaftler op der Sorbonne an dem Collège de France a Course gaangen.

Nees zu Léck, gouf hien 1832 als Professeur-adjoint an 1837 als Professeur titulaire op der Universitéit vun do ernannt.[2] Säi Fachgebitt war d'Geometrie.[3] an huet seng Coursen op déi vum Gaspard Monge baséiert.

1855 gouf hie Membre effectif vun der belscher Académie Royale des Sciences.

Säi bedeitendst Wierk ass Mémoire sur une nouvelle méthode d'application de la géométrie descriptive à la recherche des propriétés de l'étendue, dat 1855 erauskoum. Hien huet weiderhin och iwwert d'rational Mechanik an d'Differenzialrechnunge gefuerscht. D'Resultater dovu goufen 1868 no sengem Doud publizéiert.[4]

De Jean-Baptiste Brasseur war Member vum Orde de Leopold.

Hie war mat der Thérèse Grosfils bestuet. D'Koppel hat 5 Kanner. Hallefbridder vun him waren de Pierre, den Hubert an den Dominique (genannt Alexis) Brasseur (1833-1906), deen och säin Eedem gouf, andeems e sech mat senger Duechter Constance (1836-1912) bestuet huet.

Wierker[änneren | Quelltext änneren]

  • Programme du cours de géométrie descriptive donné par J-B Brasseur (1837, Neioplo 1850, 1860 an 1867)
  • Applications des projections cotées à diverses recherches sur l'étendue (1841);
  • Lignes de courbure de quelques surfaces exprimées par des équations différentielles partielles, et note sur une propriété de l'hyperboloïde à une nappe, et du paraboloïde hyperbolique (1843);
  • Sur la double génération des surfaces du second degré par le mouvement d'un cercle (1843);
  • Note sur un nouvel énoncé des conditions d'équilibre d'un système de forces (1846);
  • Mémoire sur divers lieux géométriques du second degré, déterminés par la géométrie descriptive (1846);
  • Transformation du principe des moments en celui des vitesses virtuelles et note sur une construction géométrique de la surface d'élasticités (1849);
  • Note sur une construction graphique de centre de gravité d'un polygone quelquonque, en supposant connue la construction du centre de gravité du triangle (1849).
  • Mémoire sur une nouvelle méthode d'application de la géométrie descriptive à la recherche des propriétés de l'étendue, erausginn in Memoirs of the Royal Belgium Academy of Science, 1855.

Posthum

  • (ed.: François Folie): Précis du cours de mécanique appliquée (1868);
  • (ed.: François Folie): Exposition nouvelle des principes du calcul différentiel et intégral (1868).

Literatur[änneren | Quelltext änneren]

Kuckt och[änneren | Quelltext änneren]

Referenzen[Quelltext änneren]

  1. O'Connor et al. an der Literatur.
  2. M. Alliaume: "Esquisse de l'Histoire des Mathématiques et de l'Astronomie en Belgique depuis 1830." In: Publications du Laboratoire d'Astronomie et de Geodesie de l'Universite de Louvain, Vol. 7, 1930, S. 131-169; hei: S.145.
  3. Jean Mawhin: "Les mathématiques." in: R. Halleux, J. Vandersmissen, A. Despy-Meyer i G. Vanpaemel (eds.): Histoire des sciences en Belgique 1815–2000. Bréissel: Dexia-Renaissance du Livre, 2001, S.99-115; hei: S.105.
  4. Alliaume, S.146.